14.07.2017

Bonjour !

Je vous souhaite la bienvenue sur mon site ! Voici mes prestations :

ligne directe +49 (0)172 499 8902
INTERPRETATION de conférence ALL ⇆ FR et à partir de l'anglais
conférences et accompagnement
— installations d'entreprises en Allemagne
rencontres bilatérales de haut niveau
— organisation/traduction de stages de formation

MODES d'interpretation
consécutive et simultanée  
de liaison
sur scène (festivals)

CLIENTS
—  entreprises et universités
—  ambassades et ministères
—  institutions européennes et internationales
—  festivals internationaux
—  diffuseurs, distributeurs, maisons d'édition et de production de films

SERVICES +
accompagnement dans les démarches administratives 
connaissance du terrain
préparation rigoureuse des sujets
— traduction de scénari 
— prospection de marché, recherche de coproducteurs (cinéma)
— sous-titrage et traduction simultanée de films (festivals)
15 ans d'experience

Ici, vous trouverez quelques références. Tags : Interprète Berlin, français, allemand, anglais, interprète simultanée, traducteur simultané, traduction chuchotée, interprète de conférence, interprète d'accompagnement, interprète de liaison, médiateur linguiste, interprète diplômé, consécutive, économie, commerce, cinéma, arts, architecture, achat d'appartement, politique, énergie, tourisme, Histoire de Berlin, design, durabilité, dossier de production, demande de subventions, FFA, mini-traité, Berlinale, CNC, Ambassade
______________________________
Photo : Friederike Elias

02.08.2016

Planche à voile

Guten Tag, hello, bonjour ! Sans le savoir (ou avec pré­mé­di­ta­tion), vous avez ouvert une page de mon jour­nal in­time d'inter­prète-tra­duc­trice. Bon, il n'est pas si intime que ça, il fait plus jour­nal de bord de mes aven­tu­res pro­fes­sion­nel­les. Avant de partir en mis­sion, tout est bilingue chez moi, vraiment tout.

Bon, j'ar­rive à de­vi­ner au marché le poids d'un bout de fro­mage à cinq grammes près, c'est du sa­voir inu­tile pour moi. Mais parler le cha­ra­bia des ar­chi­tectes ou du ciné­ma ou de la dé­fun­te RDA, c'est ali­men­taire, mon cher Wat­son. 

Tee und Käse
Le bilinguisme entre la cuisine ...
Schick: Ich kann auf fünf Gramm genau das Gewicht eines Stück­chens Käse auf dem Markt schät­­zen. Für mich ist das nutz­loses Wissen.

Aber Archi­tekten- und Film­kau­der­welsch zu beherr­schen oder DDR-Vo­ka­bular, das ist ele­men­tar, mein lieber Wat­son.

relevé de bâtiment — Gebäudeaufmaß
forets couronnés à diamant — Diamantkronenbohrer
copie lavandeLavendelkopie
anamorphoseur — anamorphotische Vorsatzlinse
planche à voile — brettsegeln (DDR) / surfen (alte BRD) 
relieur (d'archive) à lamelle — Aktendulli (Ost/est) / Heftstreifen (West/ouest)

La maison Duden, le Larousse allemand, vient de publier un petit test d'allemand de RDA: lien.

Tee und Aktenheftdingerchen
... et le bureau
Duden vient de pub­lier un test. Est-ce que vous parl­ez al­le­mand ? Est-ce que vous parlez l'al­le­mand de RDA ? Voici le lien.

P.S.: Et c'est très drôle pour moi qu'en Allemagne de l'Est, pour évi­ter l'an­glais wind­surfing, ils ont eu re­cours à une ex­pres­sion qui semble être la tra­duc­tion lit­té­rale de planche à voi­le.








______________________________
Photos: C.E.

07.04.2015

Références

Quelques références en interprétation

Outre les clients industriels ou privés, je travaille pour le Ministère fédéral de l'agriculture, plusieurs ambassades francophones à Berlin, notamment l'ambassade de France, la télévision publique allemande (ARD et ZDF), Arte, euronews, le festival de cinéma de Berlin (dite la Ber­li­na­le), les universités de la région comme la Humboldt-Universität et les écoles de cinéma de Berlin et de Potsdam, l'association allemande des chef d'opérateurs (Berufsverband Kinematografie) etc.

Kopfhörer hängen an einer Garderobe, dahinter Leiber und Beine ...
Au Ministère allemand d'Affaires Etrangères
J'ai eu le plaisir d'interpréter bon nombre de personnalités du monde politique, entre autres
Jean-Yves Le Drian (Ministre de la Défense), Bruno Le Maire (Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche), Fleur Pellerin (Ministre de la Culture et de la Communication), Aurélie Filippetti (alors Présidente du Festival International de Cinéma de Marseille), Jérôme Clément (alors Président d'Arte), Hans-Dietrich Genscher, Jack Lang, Rainer Eppelmann, Danielle Mitterrand, Gerhard Schröder, Frank-Walter Steinmeier, Anne Le Strat (alors Présidente-directrice générale de la Société anonyme de gestion des eaux de Paris), Helmut Schmidt, Angela Merkel, Hubert Védrine, Klaus Wowereit (alors maire de Berlin), Jean Léonetti (alors Ministre chargé des Affaires européennes), Hans Modrow (ancien Ministre-Président de la RDA), Ulrike Poppe (ancienne oppositionelle de RDA), Cathérine Trautmann, Henning Voscherau (alors premier maire d'Hambourg)

Ainsi que du domaine des Arts et de la Culture
Dominique Abel et Fiona Gordon, Ilse Aigner, Chantal Akerman, Mathieu Amalric, Ariane Ascaride, Jean-Marc Barr, Pina Bausch, Nathalie Baye, Azouz Begag, Jean-Jacques Beineix, Hichem Ben Ammar, Isild le Besco, Ophra Bloch, Luc Bondy, Dany Boon, Stéphane Braun­schweig, Catherine Breillat, Peter Brook, Valeria Bruni Tedeschi, Elodie Bouchez, Laurent Cantet, Pierre Cardin, Isabelle Carré, Vincent Cassel, Claude Chabrol, Marie Darrieussecq, Luc und Jean-Pierre Dardenne, Catherine Deneuve, Raymond Depardon, Philippe Djian, Doris Dörrie, François Cluzet, Raoul Coutard, Gérard und Guillaume Depardieu, Pierre Etaix, Pascale Ferran, Julia Franck, Gisèle Freund, Catherine Frot, Hannelore Elsner, Marc Gabizon, Hippolyte Girardot, Agnès Godard, Günter Grass, Pascal Greggory, Egon Günther, Adèle Haenel, Christoph Hein, Thomas Heise, Olivier Henrard,
Avec Claude Chabrol au festival international du cinéma de Berlin
Isabelle Huppert, Benoît Jacquot, Agnès Jaoui, Reinhard Jirgl, Gérard Jugnot, Cédric Kahn, William Karel, Romuald Karmakar, Wolfgang Kohlhaase, Karl Lagerfeld, Claude Lanzmann, Virginie Ledoyen, Jean Léonetti, Bernard Henri Lévy, Marceline Loridan-Ivens, Serge Lutens, Noémie Lvovsky, Ursula Meier, Radu Mihaileanu, Emmanuel Mouret, Heiner Müller, Armin Müller-Stahl, Josef Nadj, Marie N'Diaye, Bulle Ogier, François Ozon, Raoul Peck, Claus Peymann, Nicolas Philibert, Claude Régy, Pierre Richard, Royal de Luxe, Karine Saporta, Angela Schanelec, Peter Schneider, Suzanne Schiffman, Werner Schröter, Ingo Schulze, Rainer Simon, Bernard Sobel, Benjamin Stora, Laurent Tirard, Jean-Marie Teno, Eric Toledano und Olivier Nakache, Pierre Yves Vandeweerd, Agnès Varda, Régis Warnier, Bob (Robert) Wilson, Christa Wolf, Feridun Zaimoglu, Valérie Zenatti etc.

______________________________
Photos: C.E.

18.03.2015

Le téléphone arabe

Bonjour & guten Tag ! Vous lisez une page de mon journal électronique à propos de mon travail d'interprète. En allemand, le jeu que je cite en haut s'appele " la poste silencieuse ".

Aujourd'hui, rapide relecture de sous-titres allemands qui ont été faits à partir d'une interprétation simultanée FR>EN, un client me demande de réparer la chose. L'immeuble de rapport, une maison à destination locative, devient (dans la cabine) un brothel/bordel (de 'rapports sexuels'), c'est le contexte qui l'inspire. Dans la version allemande, le sous-titreur en fait 'un lieu de ren­contre'. Plus tard il est encore une fois question de la maison mystérieuse. La voix de la cabine en fait "the whorehouse", en allemand, cela devient "War­en­haus", grand magasin.

Bien sûr, le tout était fait par des non-professionnels. Hélas, il faudrait tout refaire !

18.06.2013

Merci beaucoup I

Je vous souhaite la bienvenue sur les pages de mon journal de bord en tant que traductrice-interprète. Je suis plus active sur mes pages en langue allemande. Laissons la parole aux clients !

Zwei Redner, ein Moderator, eine Dolmetscherin und ein ausschließlich französischsprachiger Publikumsgast, der mit "beflüstert" wurde"L'association Bleublancrose remercie chaleureusement Caroline Elias pour son tra­vail d’interprète lors d'une discussion le 14 juin dernier sur le mariage pour tous. L'intérêt des participants a prolongé la discussion (près de deux heures et demie) et bien sûr exigé beaucoup de Caroline qui a malgré des con­ditions de travail dif­fi­ciles effectué avec brio et professionnalisme la tra­duc­tion de cette mani­festa­tion. Elle était autant à l’aise avec l’interprétation du français en allemand (tra­duction consecutive) qu'inversement (chuchotage).
Nous étions très heureux et satisfaits de collaborer avec elle. Nous recommandons vivement son travail. 


Berlin, le 18 juin 2013 Pascal Thibaut (Président de l'association Bleublancrose) 

______________________________  
Photo : MANEO

13.02.2008

Interprète dans l'ombre

Ecrit par Sébastien Vannier, le 13-02-2008

Cachée au cinquième étage du palais du festival, Caroline Elias reste invisible mais pas inaudible pendant la projection des films. Rencontre avec cette interprète franco-allemande qui prête sa voix aux stars du grand écran


Caroline, un film, deux langues (Photo : Privat)

Jongler entre l’allemand et le français, voire l’anglais. Faire l’aller-retour entre le texte et l’image. Tout ça en direct. Dans ce milieu de l’interprétariat a priori voué à l’ombre d’une cabine en fond de salle, Caroline Elias se définit elle-même comme "exotique".

Interprète pour ne plus avoir à faire la queue
La carrière de Caroline Elias commence par hasard, ou presque. "En 1994, lors d’un séminaire sur le cinéma français muet au cinéma Arsenal, j’entendais un groupe d’Allemands qui avaient du mal à déchiffrer les panneaux en français. Dans le noir, je leur ai alors proposé de faire la traduction. A la fin du film ils m’ont remercié et la gérante de salle m’a dit que mes services pourraient être utiles". Quelques années plus tard, Caroline Elias devient interprète pour la Berlinale et, en rigolant, ne cache pas sa motivation première : "Ne plus avoir à faire la queue".
Pour la 58e édition de la Berlinale, cette année, elle "dira" donc trois films de la compétition officielle, à quoi s’ajoutent des dizaines d’entretiens, des interviews avec la presse... Elle sera même l’interprète de Jeanne Moreau, présente à Berlin.

Subir les extrêmes
Pour Caroline Elias, être interprète, c’est d’abord "faciliter la communication". En effet, pour les membres du jury ou du public qui ne comprennent ni la langue originale du film, ni celle des sous-titres (anglais ou allemand), des interprètes sont présents en cabine pour les projections importantes. Interprète, c’est aussi, selon elle, "savoir subir les extrêmes". "Il faut savoir rester isolée, coupée du monde comme dans une cellule pendant de très longues heures, puis ensuite pouvoir animer des débats sur une scène face à 800 personnes. C’est très difficile mais c’est ça que j’adore". Ce goût pour la scène et la communication avec le public, Caroline Elias l’explique également par ses expériences précédentes en tant que journaliste ou sur les plateaux de tournage.

Pfuedi !
Pendant la Berlinale, Caroline Elias ne compte donc pas ses heures de travail. "La répartition des films n’a lieu que quelques jours avant la Berlinale. Cette année, par exemple, j’ai eu Kirschblüten-Hanami en allemand que je dois dire en français pendant la projection. Pour ce film-là j’ai réussi à avoir le script pour la post-synchronisation et je dois encore récupérer le DVD la veille. Mais ça reste un cas idéal et exceptionnel. Ensuite, il faut travailler le texte pour repérer les moments difficiles ou rapides". Caroline Elias raconte ainsi une anecdote dans la lecture du scénario : "Je suis tombée sur "Pfuedi" qui, après recherche, vient de "Pfuedi Gott" ou "behüt’ dich Gott" en bavarois. C’est donc régional, culturel et très difficle à traduire et il faudra que je me contente d’un simple "salut !" en français".

Sébastien VANNIER
Paru au www.lepetitjournal.com - Berlin, mercredi 13 février 2008
et ici, la Berlinale 2008 en langue française

14.11.2007

Apprendre le métier

Le blog suscite beaucoup de mails de jeunes qui s'intéressent à la profession. Surtout la version allemande, lue par des jeunes allemands.

Désormais, ceux qui lisent le français pourront suivre le blog d'un jeune interprète en cours de formation. Semaine après semaine, il nous fait participer à son développement. Étudiant à l'université de Westminster, il explique les étapes de la formation.

Cette semaine, le cours s'est mis à découvrir les consoles des cabines d'interprète :Le petit bouton à côté du levier rose sert à désactiver le microphone pour de courtes périodes, mais il faut le maintenir enfoncé. C'est drôle, en allemand, il a son propre nom qui, une fois de plus, démontre à quel point la langue allemande est concrète, il s'appelle "die Räuspertaste " (bouton à activer lorsqu'on souhaite se racler la gorge).

Pour lire le blog, suivez ce lien.